Troisième République
<1>
Le changement de régime:
exit l'Empire, la République est proclamée ( 1870-1871)

La Commune

Deux jours après la défaite de Sedan la République est proclamée, comme en 1848, à l’Hôtel de ville de Paris. La "révolution" se fait sans violence, et le régime très stable de l'Empire s'effondre tout seul. Pourtant Napoléon III venait d'organiser un plébiscite le 8 mai 1870: le "oui" a été majoritaire et l'empereur bénéficiait d'un soutien populaire évident. Mais le bonapartisme a besoin de la victoire et quand les armées sont vaincues son régime s'effondre. Les députés de Paris, notamment Jules Favre, Jules Ferry, Léon Gambetta et Jules Simon, forment un gouvernement provisoire de la Défense Nationale, présidé par le général Trochu. Le Cabinet est composé de républicains modérés et de radicaux ; leur objectif est de poursuivre la guerre. Gambetta, sorti de Paris en ballon le 7 octobre 1870, anime la politique de défense nationale ; âme de la résistance en province, il organise, depuis Tours, la délivrance de Paris encerclé. Mais il échoue, alors que le maréchal Bazaine capitule, le 27 octobre, à Metz.
Bismarck ne reconnaît pas le " Gouvernement de la défense nationale " qui a été constitué et ne veut traiter qu'avec les représentants d'une assemblée élue. C'est pourquoi, conformément aux dispositions de la convention d'armistice (" une assemblée sera librement élue qui se prononcera sur la question de savoir si la guerre doit être continuée ou dans quelles conditions la paix doit être faite "), des élections sont organisées le 8 février 1871. Ces élections se déroulent selon les modalités prévues par la loi électorale du 15 mars 1849 remise en vigueur et légèrement modifiée : suffrage universel avec scrutin de liste majoritaire à un tour dans le cadre départemental ; les candidatures multiples sont autorisées, ce qui explique le nombre de sièges non pourvus.
Les résultats sont favorables aux candidats conservateurs monarchistes, représentants des campagnes et défenseurs de la paix ( cette Assemblée nationale sera d'ailleurs surnommée "République des Ducs") . Les républicains, surtout implantés dans les villes, apparaissent alors comme des partisans plus ou moins convaincus de la guerre. Cependant, dès les élections complémentaires du 2 juillet 1871, destinées à combler les vacances dues aux candidatures multiples, se révèlera un glissement de l'opinion favorable aux républicains.
L'assemblée est réunie à Bordeaux le 12 février. Elle doit accomplir une double mission : gouverner et préparer une nouvelle Constitution. Mais la tâche la plus urgente est de conclure la paix. C'est pourquoi l'Assemblée décide d'ajourner toute œuvre constituante et de mettre en place un gouvernement provisoire. Le 16 février 1871,
Grévy est élu président de l'Assemblée nationale et le 17 février 1871, elle nomme Adolphe Thiers, vieux routier de la politique, " chef du pouvoir exécutif " ; celui ci s'engage à respecter la trêve des partis et à ne pas se prononcer sur la forme du futur régime (" pacte de Bordeaux "). Dès le 26 février, il signe, avec Jules Favre, les préliminaires de paix. Le 1er mars, les troupes allemandes entrent dans Paris vide. Le 10 mai sera signé le traité de Francfort qui reconnaîtra la capitulation de Paris et amputera la France du nord de la Lorraine et de presque toute l’Alsace –à l’exception de Belfort- conditions qui s'assortissent du versement de 5 milliards de francs-or ; la France restera occupée par les troupes allemandes jusqu’au 16 septembre 1873.
Mais, avant d'entreprendre la réorganisation du pays, Thiers doit faire face à l'
insurrection révolutionnaire de la Commune de Paris qui débute le 18 mars et s'achève par la "semaine sanglante " ( 21-28 mai 1871)

Napoléon III

Julles Favre

Jules Ferry

Léon Gambetta

Jules Simon

Bismarck

Jules Grévy

Adolphe Thiers

Sommaire

Cette page démo fait partie du site Troisième République.
Son contenu a été écourté et les liens ont été supprimés ou rendus inopérants
Pour accéder à la version complète, vous devez souscrire un abonnement.

>><<>><<>><<>><<>><<
Rubriques à Bac
/ ELLIT/Relinter/IIIème République/BAC-L /
Gérard Fourestier
Professeur Académie de Nice (France)
e-mail
ICQ: 150079844
tel :(0033) 04 93 88 07 78
25 rue Herold, 06000. Nice. France
<<>><<>><<>><<>>>><<>><<


Relations internationales
de 1945 à nos jours